Samedi 24 Juin 2017
Michael Corcoran, VP d’Information Builders, responsable de la stratégie
Nous sommes le spécialiste de la BI à grande échelle
Publié le 29 Novembre 2006

Entreprise privée au sens américain du terme, c’est-à-dire non cotée en bourse, Information Builders est un éditeur relativement discret qui avait acquis une notoriété certaine dès les années 80 avec les deux produits que sont Focus, au départ un L4G et outil d’aide à la décision, transformé ensuite en une solution de Business Intelligence, et EDA/SQL, un outil middleware permettant l’accès aux données de différents SGBD. Outil typique de la période client/serveur, Focus a évolué très tôt vers le Web et le client léger - en 1996 - pour devenir WebFocus. De même EDA/SQL a changé de dimension, en devenant un outil d’EAI, en même temps que d’appellation en étant rebaptisé iWay. Michael Corcoran, Vice President responsable de la stratégie d’Information Builders détaille les évolutions de l’offre de l’éditeur. Propos recueillis par Guy Hervier.

Focus et EDA/SQL sont les deux produits historiques d’Information Builders. Comment ont-ils évolué ?
Michael Corcoran : Introduit en 1991, EDA (Enterprise Data Access) était au départ une interface permettant d’accéder aux SGBD, plus de 80 différents au total, et à d’autres types de fichiers. Il permettait également de lancer des requêtes dans un langage moins fruste et donc plus accessible aux utilisateurs finals. Avec la diffusion des Progiciels, nous l’avons fait évoluer en 2000 vers un outil d’EAI (Enterprise Application Information). iWay supporte plus de 350 adapteurs permettant d’accéder à différentes applications et middleware. Parallèlement, ce produit a été rebaptisé iWay et transféré vers notre filiale du même nom. D’accès aux données, il embrassait la possibilité d’accéder aux applications. Aujourd’hui, nous avons aussi pris le virage des architectures SOA qui permettent d’accéder aux applications sous forme de services. La version 5.5 d’iWay qui va bientôt être disponible en production inclut en particulier des fonctionnalités de Workflow ou de contrôle de processus.

Les composants d’iWay SOA Middleware comprennent les éléments suivants :
iWay Service Manager : un bus de services d'entreprise comprenant un outil de planification de conception intégré et des capacités de création et de déploiement de services Web
iWay Service Monitor : fonction de surveillance mis en oeuvre au moyen d'iWay Service Manager
iWay Service Policy Manager : gestion de l'utilisation et de la politique de sécurité mis en oeuvre au moyen d'iWay Service Manager
iWay Process Manager - outil de gestion du business processus axé sur le langage BPEL et conçu pour rationaliser les flux créés au moyen d'iWay business services
iWay Trading Manager - gestionnaire léger d'entente partenaire, totalement intégré au iWay Service Manager
iWay Enterprise Index - fonction de recherche par mot-clé du Google Search Appliance(MC) élargi aux systèmes ERP, aux bases de données, aux messages, aux processus commerciaux…


Avec Focus, nous avons pris très tôt le virage de l’Internet en annonçant WebFocus dès 1996. Nous avions eu l’intuition a cette époque qu’avec le Web, Internet allait devenir omniprésent. Notre premier client mondial fut les chemins de fer espagnols qui avaient mis en place une solution de consultation accessible à tous ses clients via Internet. C’était un des premiers déploiements massifs d’une application grand public s’appuyant sur le Web. Nous avions déjà compris que les applications client-serveur sous Windows ne pourraient pas évoluer vers des déploiements à grande échelle. C’est d’ailleurs là une spécificité de WebFocus, sans doute un des produits parmi les plus utilisés sur les sites Web interactifs. WebFocus permet d’accéder à de très nombreux formats de fichiers dont les trois principaux sont html, Excel et pdf. WebFocus prend également en compte les mobiles.

Focus est-il toujours à votre catalogue ?
M.
Skyscraper-ad
C. :
Nous le supportons toujours, mais il n’y a plus de raison réelle de garder ce produit. WebFocus offre encore plus de fonctionnalités que Focus et s’appuie sur l’architecture du Web. Quant à la migration, que beaucoup de nos clients ont entreprise, elle est très simple. En France, par exemple, nous avons 70 clients dont quatre seulement utilisent Focus.

Quelles sont les évolutions récentes de WebFocus ?
M.C. : Il y a eu deux évolutions majeures récentes. La première concerne l’arrivée cette année de WebFocus Active Report, qui utilise les technologies html et Javascript qui embarque les données et un sous-ensemble de l’application, ce qui permet à l’utilisateur final de travailler off-line. Active Report peut être utilisé sur un PC et sur un mobile. C’est un produit qui est particulièrement adapté aux besoins des travailleurs mobiles. Mais il permet aussi de prendre en compte certaines réglementations qui imposent certaines limitations d’accès aux données via le Web pour des raisons liées à la confidentialité et de défense de protection des données personnelles.

Nous avons également annoncé en octobre dernier la version 7.6 de WebFocus qui, contrairement à ce que sa numérotation laisse supposer, est une version majeure avec notamment l’intégration de la fonction Power Painter, qui permet de combiner les technologies du Web et l’interface du client riche grâce aux technologies Ajax.



Comment avez-vous segmenté les profils des utilisateurs ?
M.C. : Nous les avons classés en cinq catégories avec, pour chacune d’elles, une version adaptée de notre produit. Les utilisateurs novices, les power users, les cadres dirigeants, les analystes et les développeurs. Chacun ayant des besoins différents. Aux cadres dirigeants, il faut donner des tableaux de bord alors que les analystes auront besoin des fonctions OLAP, de visualisation, d’analyse au travers d’outils comme SPSS, de géolocalisation...

Comme beaucoup d’éditeurs de logiciels, vous avez signé un accord technique avec Google. Dans quel objectif ?
M.C. : En mars dernier, nous avons introduit WebFocus Intelligent Search, développé grâce à une intégration fine entre les technologies de recherche de Google d’un côté et d’iWay de l’autre, et qui permet d’accéder aux données structurées et non structurées. iWay Enterprise Research surveille tous les contenus qui sont créés et stockés et les transforme dans un format qui peut être ensuite indexé par la Google Search Appliance. L’utilisateur n’a plus qu’à utiliser le moteur de recherche comme il le fait sur Internet. En un sens, WebFocus Intelligent Search consacre la convergence de la recherche des données structurées et non structurées et le reporting, couramment utilisé dans le domaine de la business intelligence. Cela peut se faire en temps réel au fur et à mesure que les données sont créées. Ce produit sera disponible commercialement au début de l’année prochaine.

Comment assurez-vous la mise en oeuvre de vos solutions ?
M.C. : Nous avons des accords avec les grands intégrateurs de systèmes spécialisés en BI, parmi lesquels on peut mentionner BearingPoint, Accenture, Atos, Unilog, Atos, Micropole-Univers, Omsys, certains ayant une couverture mondiale, d’autres plus locale. Mais pour certains clients qui nous le demandent, nous sommes amenés à mettre en oeuvre seuls la totalité de l’application.

Qu’est-ce qui vous distingue des autres fournisseurs tels que Cognos, SAS, BO ?
M.C. : Cela n’est sans doute pas vraiment connu, mais nous sommes clairement plus avancés pour tout ce qui concerne les déploiements d’outils de BI à grande échelle. Nos solutions sont beaucoup plus évolutives en terme de scalabilité que celle de nos concurrents.

Information Builders en bref
- Fondé en 1975 :
- Siège à New York, 47 bureaux et 26 distributeurs
- Société non cotée en bourse
- 1700 salariés
- CA : 300M$ (approximation)
- Nombre de clients : 12 000 dont 70 en France

Source: infoDSI.com